Tout d’un seul tenant

Plus petit, plus rapide, plus convivial: depuis mi-septembre, les postières et les postiers saisissent les lettres et les colis avec un nouvel appareil. Le smartphone est bien accueilli par le personnel et ménage parfois les nerfs. Un expert nous le fait découvrir dans la pratique.

Und so sieht es aus: das neue Smartphone der Pöstlerinnen und Pöstler. | Bild: Schweizerische Post

Et voilà à quoi il ressemble: le nouveau smartphone des postières et des postiers. | Images: Poste Suisse

 

Comment développe-t-on un appareil de manière à ce qu’il fonctionne également au quotidien sur le terrain?
C’est très simple. On se réfère aux personnes qui œuvrent sur le terrain. À l’exemple de Pascal Steiner. Ce postier de 52 ans, de l’office de distribution de Herzogenbuchsee, montre ses mains. «Grandes, non?» dit-il en riant et en soulevant la question: «Quelle doit être la taille d’un smartphone pour qu’il soit tout aussi maniable pour une collègue qui a de petites mains que pour moi?» Mais ce n’était que l’un des x casse-têtes que Pascal Steiner a dû résoudre avec de nombreux autres experts de la Poste au cours des trois dernières années.

Le plus simplement du monde? Bien au contraire. L’acquisition d’un appareil de remplacement pour l’actuel scanner à main s’est révélée être une opération très complexe pour la Poste. Mais la partie est désormais gagnée et les clientes et les clients attentifs ont remarqué le résultat depuis longtemps déjà: depuis le mois de septembre, toutes les postières et tous les postiers de la Distribution, tout comme les collaborateurs au guichet des filiales, travaillent avec les nouveaux smartphones. Plus de 20 000 appareils sont en cours d’utilisation à l’heure actuelle. Depuis le mois de mai, ils ont été déployés progressivement, d’abord sous forme de test, puis la formation a été généralisée – tout cela dans la situation de pandémie que l’on connaît. Le premier bilan est d’autant plus réjouissant. Les collaborateurs utilisent volontiers et intensément le nouveau smartphone. «Les retours d’information sont majoritairement positifs», déclare Ueli Lüscher, qui a dirigé le programme à partir de l’unité Informatique.

 

Grosse Hände, grosser Einsatz: Pascal Steiner bei der Arbeit | Bild: zVg

Grandes mains, fort engagement: Pascal Steiner au travail

 

L’appréciable: la clarté et la netteté  
Une performance nettement meilleure, un fonctionnement plus stable, des applications plus rapides et plus constantes: c’est le résumé que l’on peut faire des avantages techniques du nouvel appareil par rapport à l’ancien scanner à main. Le postier Pascal Steiner l’exprime de la manière suivante: «Le smartphone fonctionne sans problème et ne décroche pas», ce qui arrivait régulièrement avec l’ancien appareil. De plus, l’appareil permet de travailler d’une seule main – et l’utilisation est nettement plus simple. «Tout est structuré de manière plus intuitive et plus claire», salue Pascal Steiner qui, en sa qualité de responsable du scannage de son équipe, transmet régulièrement des conseils et des astuces pour l’utilisation du nouvel appareil. L’écran l’a également convaincu. On sait que les postiers se lèvent tôt et qu’ils travaillent avant le lever du soleil. «La clarté de l’affichage et la netteté de la résolution constituent un avantage majeur», estime Pascal Steiner.

Point délicat: le grand champ de vision
Le passage au nouvel appareil n’a pas été de tout repos, même pour le «vétéran» Pascal Steiner. Alors que l’ancien scanner était équipé d’un rayon laser rouge très précis, le scannage avec le nouveau smartphone s’effectue à l’aide de l’appareil photo qui présente un grand champ de vision. L’utilisation s’apprend. «Mais après un peu de pratique, ça marche très bien maintenant», dit-il. Autre point délicat: comme tous les smartphones, celui de la Poste n’apprécie guère les mains mouillées. Certes, de nombreux postiers portent constamment un étui à la ceinture qui permet de protéger le smartphone étanche, mais les collaborateurs doivent s’assurer eux-mêmes d’avoir les doigts secs. Que faire alors durant une journée venteuse et humide d’hiver? «Je trouve toujours une solution – cela fait maintenant 35 ans que je travaille à la Poste», conclut Pascal Steiner avec un sourire entendu, jette un nouveau coup d’œil sur son nouvel appareil et entame sa prochaine tournée – la prochaine tournée de lettres et de colis les attend déjà, lui et son smartphone.

 

Rétrospective et perspective

  • Le nouveau smartphone a remplacé l’ancien scanner à main qui était utilisé depuis 2014. Après six ans de bons et loyaux services, ce dernier ne répondait plus aux exigences actuelles – la mémoire vive était devenue insuffisante. Sa fin était annoncée depuis un certain temps déjà. Le cycle de vie des appareils mobiles est nettement plus court à l’heure actuelle – six ans d’utilisation constituent une période relativement longue.
  • Deux types de smartphones sont désormais utilisés: un smartphone à l’épreuve des conditions météorologiques pour l’extérieur et un modèle pour l’intérieur. Le nouvel appareil présente une meilleure connectivité et des performances accrues en termes de mémoire et d’écran. Le smartphone est également compatible avec la 4G. L’ancien scanner à main n’allait pas au-delà de la 3G.
  • L’appel d’offres pour les nouveaux appareils avait été lancé conformément à la Loi fédérale sur les marchés publics (OMC).
  • L’ancêtre du petit nouveau était un appareil nommé «Allegro». Il a été utilisé jusqu’en 2014 et ses performances étaient plutôt moyennes. Certains collaborateurs le traitaient parfois de «vieil os».