La Poste et l’art: une tradition de longue date

La Poste distribue des lettres et des colis. Mais ce n’est pas tout: elle s’engage aussi en faveur de l’art. Outre une collection comprenant plus de 400 œuvres, la Poste a fait de la promotion de l’art une tradition en apportant son soutien aux artistes suisses depuis de nombreuses années. À l’avenir, elle souhaite permettre à une population en demande de profiter davantage de cet engagement, et toucher également un public jeune à l’affût des tendances.

La collection d’œuvres d’art de la Poste est une tradition de longue date. Tout a commencé en 1887 avec l’arrêté fédéral concernant l’avancement et l’encouragement des arts en Suisse, qui ordonnait que les entreprises publiques contribuent à la promotion de l’art. Une mission que la Poste continue de remplir à ce jour. À l’heure actuelle, la collection d’œuvres d’art de la Poste comprend plus de 400 œuvres.

La promotion de l’art comme engagement social
Pour des raisons historiques, la Poste possède ainsi de nombreuses œuvres d’art de même qu’un portefeuille d’œuvres intégrées à l’architecture dans toute la Suisse. Ce dernier comprend près de 130 éléments, situés à l’intérieur et à l’extérieur des bâtiments postaux. En faisant la promotion de l’art, la Poste assume sa responsabilité sociale. Elle s’attache à protéger et à conserver le patrimoine culturel tout en le développant de façon moderne.

Il y a deux ans, la Poste a créé un service spécialisé des Beaux-Arts afin de prêter une attention professionnelle à la question. Dans le même temps, elle a redéfini son engagement dans ce domaine et s’est fixé trois axes prioritaires: la collection d’œuvres d’art, l’art dans l’architecture et la recherche de partenariats avec des manifestations artistiques en périphérie («art dans la périphérie»). L’encouragement des artistes en relation avec la Suisse reste au cœur de cet engagement. Un budget annuel de tout juste 150 000 francs est dédié à l’acquisition de nouvelles œuvres et à l’entretien de la collection. Dans le contexte de l’ensemble de la scène artistique suisse, il s’agit là d’un budget modeste. La qualité de la collection, qui comprend bien des artistes de renom, en est d’autant plus réjouissante (voir encadré).

Rendre l’art accessible aux personnes intéressées
La responsable de la collection d’œuvres d’art du monde jaune est la conservatrice Diana Pavlicek. En 2019, lorsqu’elle a pris ses fonctions, elle a mis sur pied la première exposition représentative des plus de 400 œuvres – une tâche importante à laquelle elle s’est attelée avec beaucoup d’entrain. Diana Pavlicek a de grands projets: «À l’avenir, les personnes intéressées vont pouvoir profiter davantage de notre engagement en faveur de l’art. Par exemple dans le cadre d’événements culturels organisés dans toute la Suisse.» Outre un programme de médiation culturelle complet et des expositions thématiques, elle prévoit de développer le site web pour que les internautes puissent admirer une sélection d’œuvres par la voie numérique: «Mon objectif est d’accroître la visibilité de notre engagement en faveur de l’art, aussi bien au sein de la Poste qu’auprès du public.» Cela dit, Diana Pavlicek ne souhaite pas faire de «l’art pour l’art». Au contraire, elle veut permettre aux personnes intéressées d’accéder plus facilement aux œuvres ayant un lien avec la Suisse.

Un supplément spécial accompagnant le numéro actuel de «Studio Magazine» présente 24 œuvres de jeunes artistes présents dans sa collection.

Des œuvres d’art dans une revue tendance
Depuis peu, la Poste offre également un aperçu de sa collection d’œuvres d’art à un public jeune et branché. En effet, un supplément spécial accompagnant le numéro actuel de «Studio Magazine» présente 24 œuvres de jeunes artistes présents dans sa collection. «Une telle collaboration entre une collection d’œuvres d’entreprise et une revue tendance est inédite sur la scène artistique suisse», se réjouit Diana Pavlicek, convaincue que la Poste parviendra ainsi à éveiller la sensibilité artistique de certains jeunes lecteurs. Et à les surprendre aussi: car la Poste ne fait pas que distribuer des lettres et des colis.

 

Vor Miko Baselgias «Midada da structura», 2012. ©Mirko Baselgia

Diana Pavlicek devant son œuvre d’art favorite «Midada da structura» de Mirko Baselgia, 2012: «Mirko a le don d’utiliser des sujets du quotidien et de les mettre en scène dans toute leur multidimensionnalité. Cela me fascine.»

Liens:

Quels artistes figurent dans la collection de la Poste?

La liste des artistes présents dans la collection d’œuvres d’art de la Poste est un véritable b.a.-ba de la scène artistique suisse: Fischli/Weiss, Julian Charrière, Pedro Wirz, Shirana Shahbazi, Claudia Comte, Mirko Baselgia, Andriu Deplazes, Ian Anüll, Beni Bischof, Fabian Marti – pour n’en citer que quelques-uns.

 

Quelle est la dernière œuvre acquise?

Pedro Wirz (Knowledge Unit): l’œuvre «Knowledge Unit #4» de Pedro Wirz a été acquise fin 2020. Ce Zurichois aux origines brésiliennes crée des sculptures et des pièces murales absolument uniques en lien avec l’histoire culturelle, la science, l’artisanat et le folklore. L’une des œuvres de Pedro Wirz figure déjà dans la collection depuis 2011, et une exposition individuelle du travail de ce dernier aura bientôt lieu à la Kunsthalle de Bâle.

 

Combien de collaborateurs travaillent au service spécialisé des Beaux-Arts de la Poste?
Diana Pavlicek gère seule le service spécialisé des Beaux-Arts. Elle est employée à 80% et, en cas de besoin ou dans le cadre de projets d’envergure, elle peut compter sur le soutien de collaborateurs supplémentaires.

 

 

Classé dans: