Journée internationale de la langue maternelle: La Poste parle 76 langues!

Indiquer au médecin exactement l’endroit où l’on a mal ou expliquer à quelqu’un une recette de cuisine: le plus simple pour ce faire, c’est d’utiliser sa langue maternelle. Il en va de même pour les 56 000 collaboratrices et collaborateurs de la Poste. À l’occasion de la Journée internationale de la langue maternelle célébrée le 21 février, la Poste montre les obstacles, mais aussi les passerelles linguistiques au sein de la team jaune.

Au total, pas moins de 76 langues maternelles différentes sont représentées au sein de la Poste. Cette diversité linguistique est particulièrement impressionnante dans le plus grand centre courrier de Suisse, à Zurich-Mülligen. Rien que là, les 1100 collaborateurs et collaboratrices se distinguent par 38 langues d’origine. Le personnel y trie 24 heures sur 24 des lettres, des envois publicitaires, des journaux ainsi que des petits colis pour toute la Suisse. Dans les halles, on entend un peu de tout: du serbe au portugais jusqu’à l’ourdou, en passant par le thaïlandais et le finnois.

«L’âme du centre courrier»

Francesca di Stasi fait partie de ces 1100 personnes. Cette Italienne, future responsable d’équipe du tri du courrier, aime son lieu de travail: «Ce sont les différentes langues parlées chez nous qui donnent toute son âme au centre courrier», explique-t-elle. Durant les pauses surtout, elle trouve agréable de pouvoir s’exprimer en italien avec ses collègues de même langue maternelle.

Francesca di Stasi: «Ein kurzer Pausenschwatz in der Muttersprache tut immer gut!»

«Une petite interruption durant laquelle on bavarde dans sa langue d’origine fait toujours du bien!»

Malgré toutes ces disparités au centre courrier Zurich-Mülligen, l’allemand standard reste la langue de travail officielle. «C’est important pour que tous soient sur un pied d’égalité», ajoute avec conviction Francesca di Stasi. La Poste y propose donc des cours d’allemand pour les trois équipes de travail. Il est ainsi possible de se perfectionner dans la langue de Goethe tôt le matin ou tard le soir, comme nous l’explique Beniamino Aloise. En tant que directeur du centre courrier, ce dernier veille à ce que pour la communication interne, on s’exprime dans un allemand simple et clair: «Il faut par exemple éviter les métaphores», précise-t-il. Et se souvient d’un discours où l’équipe de direction avait symboliquement évoqué un marathon pour motiver les collaborateurs à donner le meilleur d’eux-mêmes: «Certains l’ont pris au pied de la lettre et ont demandé quand la course aurait lieu», sourit-il.

Beniamino Aloise leitet das Briefzentrum Zürich-Mülligen: Mitarbeitende aus 56 Nationen mit 38 Muttersprachen verarbeiten hier täglich 4.5 Millionen Briefe.

Beniamino Aloise dirige le centre courrier Zurich-Mülligen: ici, des collaborateurs et collaboratrices de 56 nations et 38 langues maternelles différentes traitent 4,5 millions de lettres par jour.

Roberto Cirillo souhaite toujours davantage de français et d’italien à la Poste

La Poste est là pour toutes les régions de Suisse et souhaite refléter leur diversité linguistique et culturelle. C’est la raison pour laquelle elle promeut également l’utilisation des différentes langues du pays. Elle encourage les collaborateurs et collaboratrices à s’exprimer volontairement au travail dans la langue avec laquelle ils ont grandi. En fin de compte, c’est dans sa langue maternelle que l’on se sent le plus en confiance et qu’on est le plus à même d’exprimer précisément ses pensées. C’est pourquoi la diversité linguistique est importante pour Roberto Cirillo également. Le directeur général souhaite favoriser l’usage du français et de l’italien à la Poste. Il en est convaincu: «Le plurilinguisme fait partie de l’ADN de la Suisse, et donc de la Poste. C’est une richesse et une chance qu’il nous faut absolument exploiter.» Faisant son autocritique, il ajoute: «Mais nous ne reflétons pas encore la diversité linguistique de la Suisse, tout particulièrement au sein du management.» Début 2019, la part de collaboratrices et collaborateurs francophones ou italophones chez les cadres supérieurs atteignait tout juste 4,5%, contre 95,5% pour les collaborateurs germanophones. La Poste ambitionne d’augmenter cette part à au moins 20% d’ici à 2024. Mais comment entend-elle y parvenir? À ce sujet, Roberto Cirillo déclare: «Nous devons persuader les cadres que la diversité linguistique nous permettra d’avancer, et nous y parviendrons sans instaurer de contingents». Pour ce faire, il mise sur de nombreuses petites mesures: «Le français et l’italien doivent devenir une évidence au même titre que l’allemand. Par exemple, nous organisons de plus en plus de réunions d’information internes dans une autre langue nationale et nous continuons en outre de proposer de manière systématique des changements temporaires de poste au-delà des frontières linguistiques.» La Poste souhaite ainsi accroître les compétences linguistiques de ses responsables de conduite et éliminer les obstacles pour les candidats de Suisse romande et du Tessin.

Et manifestement, le travail de persuasion effectué porte d’ores et déjà ses fruits: fin 2020, la part des membres du personnel francophones ou italophones parmi les cadres supérieurs était déjà passée à plus de 7% pour cent.

La clé du respect et de la compréhension

La Poste voit dans la diversité de son personnel un facteur de réussite et la promeut par diverses mesures. L’entreprise possède par exemple un réseau interne pour la diversité linguistique et culturelle. En font notamment partie les «tables rondes linguistiques», dans le cadre desquelles des personnes échangent pendant une heure sur différents thèmes dans une langue étrangère qu’elles désirent pratiquer. De 400 à 500 collaborateurs et collaboratrices participent chaque année à ces tables rondes, principalement pour renforcer leurs compétences en anglais ou dans une autre langue du pays. Les tandems linguistiques de la Poste, au cours desquels deux interlocuteurs se font bénéficier mutuellement de la maîtrise de leurs langues maternelles respectives, sont toujours plus plébiscités. La Poste a d’ailleurs lancé une bourse des tandems interne en 2019.

La diversité culturelle est une affaire de cœur pour la Poste. Roberto Cirillo est certain que celle-ci est sur la bonne voie: «Les connaissances linguistiques sont les garantes de la compréhension et du respect, qui constituent d’importantes bases pour un service public destiné à toute la population en Suisse.»

Pour finir, février est le mois de la Saint-Valentin: comment dit-on «lettre d’amour» dans d’autres langues? Les collaboratrices et collaborateurs du centre courrier Zurich-Mülligen nous en livrent la traduction dans leur langue maternelle :

La Journée internationale de la langue maternelle existe depuis le 21 février 2000. Cette initiative a été lancée par l’UNESCO afin de «promouvoir la diversité linguistique et culturelle ainsi que le multilinguisme».

Classé dans: