L’application des communes de la Poste met en relation les citoyens, les autorités, les organisateurs de manifestations et les commerces du village.

Savez-vous si la collecte des déchets verts est rattrapée un autre jour de la semaine après un jour férié, ou si la boulangerie du village propose aussi des tartes fraîches le dimanche matin? Ou encore si la route d’accès au centre du village fermée temporairement à la circulation sera de nouveau ouverte sur une voie dans deux jours? L’application de la Poste «My Local Services» envoie ce genre d’informations directement sur le smartphone des habitants du village ou du quartier. En message push s’ils le souhaitent, afin qu’ils ne manquent rien. Par exemple à Adelboden et à Spiez.

C’est fou: nous compatissons lorsque l’application du canal d’actualité nous informe par message push avec image ou vidéo qu’un policier de Singapour a sauvé un couple de canards en les récupérant alors qu’il se promenait sur la voie rapide. Les Bernois apprennent grâce aux médias en ligne qu’un restaurant gastronomique de Zurich utilise une minuterie pour rappeler à ses employés de se laver les mains tous les quarts d’heure.
Mais lorsqu’il s’agit de savoir quand et où les déchets verts, les journaux et les cartons sont collectés dans les rues de notre propre commune, pourquoi la portion de route menant au centre du village est soudainement fermée, ou si la boulangerie est ouverte le dimanche matin, le smartphone reste muet. Même en période de coronavirus. Alors que nous serions heureux qu’on nous dise si, par exemple, notre promenade favorite sur la plage est de nouveau autorisée. Ou s’il faut ou non renoncer momentanément à se rendre à l’administration communale en raison d’horaires d’ouverture modifiés ou fortement réduits.
Il serait bon que cela change, et c’est ce à quoi travaillent l’Association des Communes Suisses, l’association «Myni Gmeind» et la Poste avec l’application «My Local Services». Avec d’autres représentants de la sphère économique, les universités de Fribourg et Lucerne et la Hochschule Nordwest, elles sont unanimes pour dire que les communes deviennent plus attrayantes et qu’il est plus agréable d’y vivre quand des échanges numériques sont possibles entre la population et les autorités. Grâce aux nouveaux moyens de communication et aux services numériques, la voie vers le «Smart Village» ou la «Smart Region» est toute tracée. Les spécialistes recommandent aux communes d’utiliser rapidement les nouveaux canaux de communication et de numériser les services actuels aux citoyens, pour que ces prestations soient disponibles à n’importe quel moment et de n’importe où.

Pour chaque rue, l’application «My Local Services» montre quand les ordures ménagères, les petits objets encombrants, le papier et le carton seront ramassés.

Pour chaque rue, l’application «My Local Services» montre quand les ordures ménagères, les petits objets encombrants, le papier et le carton seront ramassés.

Qu’ils concernent une rue temporairement fermée ou la semaine sportive, les renseignements peuvent être reçus sous forme de notification push pour ceux qui le désirent.

Qu’ils concernent une rue temporairement fermée ou la semaine sportive, les renseignements peuvent être reçus sous forme de notification push pour ceux qui le désirent.

Information directe et immédiate sur le smartphone

Jolanda Lauber, secrétaire communale d’Adelboden, en est également convaincue: «Nous utilisons – ce qui représente un certain coût – les canaux d’information traditionnels comme les prospectus, les communiqués de presse pour les journaux papier et le site internet de la commune. Pour les modifications ou les arrêtés, nous touchons ainsi nos 4000 administrées et administrés. Mais avec en complément la nouvelle application de la Poste pour les communes, nous transmettons directement et immédiatement des informations sur les smartphones des habitants», constate-t-elle. Et si ces derniers choisissent l’option correspondante, les renseignements s’affichent même instantanément sous forme de notification push à l’écran. «Chez nous, en région de montagne, il y a des avalanches, des routes fermées pour cause de chutes de pierres, ou des restrictions dans l’espace public à cause du coronavirus. La population de la commune doit rapidement être prévenue via l’application», déclare la secrétaire communale.

Jolanda Brunner, présidente de la commune de Spiez, n’y voit pas seulement un grand avantage en cas de restrictions spécifiques, mais aussi en cette phase d’assouplissement des mesures liées à la crise du coronavirus: «Nous avons pu envoyer directement sur les smartphones des précisions sur les nombreuses modifications d’horaires d’ouverture, sur la réouverture des magasins, des restaurants mais aussi des écoles.» Dans la commune de Spiez, qui compte un peu plus de 13 000 habitants, les communications sont mises en ligne sur le site internet de la commune et dans l’application.

Et l’inverse est également possible: si un citoyen remarque que la chaussée est endommagée, qu’un lampadaire est en panne ou qu’une série de sacs de déchets a été oubliée, il peut alors le signaler en prenant simplement une photo qu’il enverra à la commune avec un bref message. Les collaborateurs des ateliers communaux pourront alors intervenir. Les rondes de contrôle s’en trouveront réduites.

Une vision: l’application dans toutes les communes

Selon Jolanda Brunner, présidente de la commune de Spiez, ce n’est plus qu’une question de temps avant que son exemple soit suivi: «Il y a sur le web une foule d’informations qui doivent en cas de besoin être laborieusement recherchées à différents endroits.» Avec «My Local Services», tous les renseignements concernant la commune, le ramassage des ordures ménagères, les événements et les commerces sont centralisés. «Ce serait bien si un jour, cette application était adoptée partout. Je pourrais alors me rendre dans n’importe quelle commune et obtenir les informations nécessaires – éventuellement avec l’aide du GPS – sur mon smartphone», déclare-t-elle en envisageant le futur.

 

Un sac de déchets oublié sur le bord de la route ou un lampadaire en panne: il suffit de prendre une photo et de l’envoyer à la commune avec un bref message, et grâce à l’application pour les communes de la Poste, le problème sera résolu par les ateliers communaux.

Un sac de déchets oublié sur le bord de la route ou un lampadaire en panne: il suffit de prendre une photo et de l’envoyer à la commune avec un bref message, et grâce à l’application pour les communes de la Poste, le problème sera résolu par les ateliers communaux.

Vue d’ensemble de tous les événements dans l’application pour les communes de la Poste. Sur demande, les billets pour la soirée des yodleurs ou la représentation théâtrale du village peuvent aussi être réservés et payés.

Vue d’ensemble de tous les événements dans l’application pour les communes de la Poste. Sur demande, les billets pour la soirée des yodleurs ou la représentation théâtrale du village peuvent aussi être réservés et payés.

 

Un intérêt croissant des communes

En fonction des besoins de la commune, la Post-App «My Local Services», outre le canal d’information et la possibilité pour les citoyens d’envoyer des messages, met à disposition différentes prestations sous forme modulaire. «La commune peut ainsi mettre elle-même en ligne, dans le module dédié aux activités commerciales, les boutiques et artisans locaux, avec photos et horaires d’ouverture, promotions et informations pour passer commande». S’ils le souhaitent, les utilisateurs intéressés par les offres nouvelles ou actualisées dans leur commune peuvent demander à être informés par message push», explique Janos Tolcsvai, responsable «My Local Services». Il existe aussi un module «Calendrier du ramassage des ordures», qui informe les habitants, avec l’exactitude habituelle de la Poste quand il s’agit d’être précis à la rue ou au numéro d’immeuble près, des adaptations ou changements dans le ramassage des ordures. Enfin, pour que les sociétés locales puissent encore mieux faire connaître les événements à venir pour animer leur village, le module «Événements» informe directement sur les smartphones des habitants au sujet des manifestations du club de yodleurs ou encore de la tombola de la société de gymnastique – avec même possibilité de billetterie.
La Poste est, selon Janos Tolcsvai, «actuellement en discussion avec une quarantaine de communes intéressées». Bienne, Pieterlen, Adelboden et Spiez, communes de tailles très différentes, sont déjà équipées de la Post-App «My Local Services». En raison des besoins spécifiques liés à la crise du coronavirus, la Poste met gratuitement à disposition les deux modules dédiés aux actualités et aux infos sur les commerces jusqu’à la fin de l’année. Janos Tolcsvai indique que le coût annuel de l’application dans sa version complète avec tous les modules s’élève à 3250 francs pour les communes jusqu’à 2000 habitants. «Une ville plus grande comptant plus de 10 000 personnes doit prévoir à peu près 7500 francs, sachant qu’aucuns frais d’initialisation ou d’exploitation ne viennent s’ajouter», souligne-t-il.

Classé dans: